• International,

Étudier en Hongrie

Publié le 11 avril 2018 Mis à jour le 11 octobre 2018

Vous souhaitez partir étudier à l'étranger ? Avez-vous déjà pensé à la Hongrie ? Découvrez ce pays riche d'histoire grâce au témoignage de Sophie partie étudier un an à Budapest !

 


La Hongrie est membre du programme Erasmus +, et dans ce cadre vous avez la possibilité de partir étudier 1 semestre ou une année entière. L’année universitaire débute entre mi-septembre et mi-octobre, et se termine en juin : pensez à vérifier les calendriers universitaires de chaque partenaire.

L’Université Paris Nanterre entretient des liens étroits avec 5 établissements partenaires, avec lesquels il existe 10 accords avec différentes UFR : DSP, LCE, PHILLIA, SPSE, SSA. Vous trouverez ci-dessous la liste des universités concernées par ville :

 

Connectez-vous à la
carte interactive pour consulter les accords par université.



Sophie, étudiante en Licence 3 de Psychologie en 2016/2017, a effectué une mobilité d'un an à l'Université Loránd Eötvös à Budapest :

• Pourquoi avoir choisi la Hongrie pour vos études ?
Lorsque j'ai décidé d'effectuer ma L3 à l’étranger, je voulais tout d'abord partir en Nouvelle Zélande. Lorsque je l'ai expliqué à mon professeur responsable des échanges, il m'a dit que les échanges Hors Europe étaient assez compliqués, et qu'il fallait que je sois acceptée par l'Université partenaire également. Effectuer une année à l'étranger étant mon rêve, j'ai décidé de rester en Europe pour maximiser mes chances. C'est mon professeur qui m'a dit de regarder les pays possibles et il a ajouté : "Vous connaissez Budapest ? C'est dingue, c'est une ville géniale mais si peu connue ! J'ai fait plusieurs congrès là-bas". Et c'est comme ça que je me suis retrouvée à Budapest, par pur hasard, mais ce dernier fait bien les choses.

• Quel est votre avis sur votre université d'accueil, sur les cours que vous avez suivi ?

J'ai été reçu dans l'université la plus prestigieuse de Budapest. Elle était la plus vieille mais également la plus grande et valorisée. Les cours sont très différents de ceux en France. Je n'avais aucun cours magistraux mais uniquement des TD. La notation se faisait sur 5 (5 étant la meilleure note), et ce n'était pas impossible d'obtenir un 5, comme peut l'être un 20 en France. Les étudiants choisissaient les matières qu'ils voulaient suivre, et du niveau qu'ils souhaitaient. En effet, il n'y avait pas de différence entre les années au sein de la licence. J'ai pu alors étendre mes connaissances dans des champs de la psychologie qu'on ne me proposait pas en France.
Cependant, je n'étais en cours qu'avec des étrangers, les hongrois suivant des cours en hongrois, ce que je déplore.

• Comment s'est déroulée l'intégration dans votre université, et avec les autres étudiants ?

Je me suis fait des amis Erasmus dans mon université, mais je n'ai pas pu beaucoup échanger avec les locaux. Beaucoup d'étudiants Norvégiens étaient dans nos classes, mais ils restaient à Budapest pour toute la durée de leurs études et semblaient ne pas vouloir se mélanger avec nous. Cependant, la communauté Erasmus à Budapest étant très soudée, je me suis fait beaucoup d'amis d'autres universités. De cette manière, j'assistais à tous les événements, indépendamment de ce que j'étudiais. J'étais en quelque sorte dans toutes les universités aux yeux des autres Erasmus. J'ai pu me faire des amis espagnols, italiens, allemands, belges, portugais, suédois, mexicains, etc., et j'ai également rencontré un garçon avec qui je suis toujours aujourd’hui ! Nous avons décidé de rester ensemble malgré la distance, car il est espagnol. Et nous ne sommes pas les seuls dans ce cas là !

• Avez-vous trouvé un logement facilement ?

J'ai trouvé un logement assez vite, à l'aide du site "erasmusu". J'ai rencontré une fille espagnole qui avait déjà un logement et qui cherchait des colocataires. Rapidement nous avons formé un groupe de 5 filles pour partager un appartement. Nous sommes devenu amies rapidement, et je suis aujourd'hui toujours en contact avec elles et nous nous rencontrons au minimum deux fois par an. Même si le réflexe des gens est "ah mais 5 filles, ça doit être l'enfer et vous devez vous disputer souvent !", ce n'était pas du tout le cas. Nous ne nous sommes pas disputé une seule fois, et l'ambiance de notre appartement était magique.
L'appartement était très spacieux, en plein centre ville. Le loyer était abordable pour nous (environ 300 euros tout compris). Nous étions juste devant le tram qui fonctionne 24h sur 24. Nous avions une entente cordiale avec notre voisine, qui nous a aidé maintes fois lorsque nous nous retrouvions bloquées face à la barrière de la langue (pour des papiers, électricité etc.) même si elle-même ne parlait pas anglais !

• Qu'avez-vous pensé du quotidien en Hongrie ? (sorties, vie culturelle, voyages dans le pays, etc.) 

Budapest est une ville vivante, avec beaucoup de choses à faire. Du point de vue culturel, il y a plusieurs musées avec des prix réduits pour les étudiants. De plus, chaque semaine je me rendais à l’Opéra, où le ticket étudiant était à 1 euro. C'est une ville qui a vécu beaucoup de choses terribles, plusieurs dictatures et guerres et qui en garde les traces mais qui sait les présenter d’une façon intéressante et non pas déprimante. Enfin, les bains thermaux sont également une grande richesse de la ville. C'est une ambiance particulière, propre au pays et aux habitants qui s'y rendent régulièrement. Même si je suis restée un an, ça m'a semblé trop court pour faire tout ce que je voulais ! (j'avais fait une liste de tous les endroits où je voulais aller, et je continue de cocher les cases car je retourne à Budapest souvent).
La vie à Budapest est vraiment moins chère qu'en France. De plus, je viens de Paris donc je vous laisse imaginer ! Que ce soit les sorties le soir, les restaurants, les concerts, les bars, etc. Je sortais tous les soirs. De cette manière, l'entrée des clubs étaient généralement gratuites, et au maximum à 5 euros. Beaucoup de bars proposaient des événements musicaux, comme des jam sessions, mais encore des talking shows ou des story telling. Les restaurants de bonne qualité étaient autour de 15 euros mais on pouvait trouver des plats conséquents pour moins de 5 euros.
La Hongrie étant au milieu de l'Europe de l’Est, j’ai pu voyager partout. En effet, beaucoup de trains/bus partaient de la capitale. Je suis allé en Roumanie, République Tchèque, Bulgarie, Slovénie, Slovaquie, Autriche, Serbie, Allemagne et également en Russie ! J’ai également fini l’année en effectuant un voyage d'un mois avec ma colocataire. Nous avons pris nos sacs à dos et sommes montées dans le premier bus qui partait. De cette manière nous avons fait la Slovénie, Croatie, Bosnie-Herzégovine, Monténégro et Albanie. Et ce voyage improvisé nous a couté environ 700 euros (pour un mois, et toujours dormis au chaud !).
J’ai pu visiter les autres villes hongroises également, qui sont riches d’histoire. De plus, la Hongrie possède le lac le plus grand d’Europe : le lac Balaton. Ce fut magique, car en hiver le lac est complètement gelé. Lorsque j’y suis allée, nous pouvions marcher dessus sans crainte et partir en randonnée ! Les Hongrois venaient avec leurs patins à glace, et disparaissaient dans la brume. En été, nous nous rendions à ce lac pour se baigner et prendre le soleil. La température en Hongrie est assez extrême : nous avons atteint les 37 degrés en septembre et les -20 degrés en janvier ! Malgré ce froid, la ville reste très vivante et change presque ses couleurs.

• Recommanderiez-vous cette destination ? Était-ce une expérience enrichissante ?

Je recommande totalement cette expérience. Outre le fait que j'étais déjà très ouverte à l'étranger car voyager est ma passion, c'est vraiment une expérience incroyable. J'ai vu beaucoup de mes amis Erasmus changer lors de cet échange. Découvrir d'autres modes de vie permet de s'ouvrir, de se découvrir soi-même également. Grâce à cet échange, j’ai étoffé mon anglais, mais je me suis également mise à l'espagnol (que je détestais pourtant au lycée) et j’ai quelques notions de portugais et d'allemand. J'ai aujourd'hui des amis dans toute l'Europe, ce qui me permet de voyager tous les mois pour aller les visiter.
Culturellement, la Hongrie est très différente de la France. C'est une culture de l’Est que j’ai appris à connaitre et que j'ai totalement adopté.
Etant étudiante en Psychologie, cette année m'a également beaucoup appris sur les échanges sociaux et les différences culturelles. Cela a encore plus ouvert ma soif de découverte et de voyage, et je souhaite m'installer à l’étranger lorsque j'aurai terminé mon master à Nanterre.

• Et pour conclure ?
J’ai passé la meilleure année de ma vie, et s’il existait des mots plus forts, je les emploierais !

 

Mis à jour le 11 octobre 2018