• International,

Étudier en Équateur

Publié le 19 mars 2019 Mis à jour le 29 mai 2019

Vous avez envie de partir étudier à l'étranger, mais vous ne savez pas quel pays choisir ? Partez à la découverte de l'Équateur et de nos universités partenaires, et retrouvez le témoignage d'Hannah partie étudier un semestre en 2018/2019.

 
Imaginez un pays qui vous donne la possibilité de visiter la côte Pacifique, la cordillère des Andes, l’Amazonie équatorienne et les Galápagos sans quitter son territoire…
Partir en mobilité en Équateur vous permettra de conjuguer votre goût du voyage avec la poursuite de vos études. L’Université Paris Nanterre est partenaire de l’Universidad Espíritu Santo (UEES) qui propose aux étudiant·es d’échange différents services et aussi des balades à ne pas rater !

Pour plus d'informations sur les modalités de candidatures, n'hésitez pas à contacter le Service des relations internationales de l'Université Paris Nanterre.


 
Connectez-vous à la carte interactive pour consulter les accords par université.

 
Hannah, étudiante en licence langues étrangères appliquées (LEA) anglais-espagnol option tourisme, a effectué une mobilité d'un semestre en 2018/2019 :

• Pourquoi avoir choisi l'Équateur pour vos études ?

Je souhaitais partir étudier dans un pays où je pouvais à la fois améliorer mon espagnol et mon anglais. L’UEES proposant des cours en anglais au sein de son université m’a semblé être donc l’école parfaite. Outre cela, ce qui m’attirait est le fait que peu de personnes voyagent vers l’Équateur, j’étais donc curieuse de découvrir cette destination dont nous ne faisons pas suffisamment mention.

• Quel est votre avis sur votre université d'accueil, sur les cours que vous avez suivi ?
Nous avons eu cours 4 jours par semaine, plus du volontariat dans le domaine que l’on souhaitait chaque matin où nous avions cours.
Hormis quelques problèmes d’organisations et de renseignements sur l’ensemble des activités proposées par l’université, l’UEES est une école très accueillante. Vous vous sentirez à l’aise au sein de son campus à l’américaine qui dispose également d’un complexe sportif équipé de terrain de foot/tennis, d’une piscine extérieure ainsi que d’une salle de sport. Les locaux sont relativement neufs. Les cours sont dispensés par des professeurs très qualifiés. N’hésitez pas à échanger avec eux ils se font un plaisir d’appuyer les étudiants étrangers. Vous pouvez manger au bar de l’université pour 4$ ou dans la chaîne la plus répandue du pays Sweet & Coffee (équivalent de Starbucks).

• Comment s'est déroulée l'intégration dans votre université, et avec les autres étudiant·es ?
Les étudiants de l’UEES sont généralement curieux d’apprendre à vous découvrir ainsi que votre culture mais peuvent parfois émettre quelques réserves, n’hésitez donc pas à faire le premier pas et à vous détacher de votre groupe d’étudiants internationaux.
Petit bémol pour les filles notamment, j’insiste sur le fait que les préjugés sur le côté “intense” des latinos est véridique, il ne faut pas hésiter à exprimer clairement ses intentions, car le mot “non” veut parfois signifier “oui” pour eux.

• Avez-vous trouvé un logement facilement ?
Je n’ai pas eu de problème à trouver un logement en famille d’accueil car obligatoire durant les deux premiers mois de votre mobilité. L’école se charge donc de recruter les familles les plus chaleureuses pour que vous vous sentiez chez vous en Équateur.

• Qu'avez-vous pensé du quotidien en Équateur ?
Vous serez logé à Samborondón quartier riche et limitrophe à Guayaquil qui n’est pas réellement une ville faite pour les touristes il s’agit de la capitale économique du pays. Vous n’aurez donc pas beaucoup d’activité à faire hors restaurants, bars et boîtes de nuit, promenades sur le Malecón, Parque histórico de Samborondón etc. C’est pourquoi le week-end vous serez probablement tenté de voyager vers d’autres villes du pays telles que : Baños ville de sports extrêmes, Quito capitale du pays, Cuenca ville très festive avec une population qui reste relativement proche des traditions équatoriennes, Montañita ville pour faire la fête au bord de la plage, quelques jours au sein de la forêt Amazonienne ou encore les Galápagos, ou encore en Colombie au Pérou etc.
Sans compter les voyages et votre logement (2200$ / 4 mois) vous dépenserez probablement en moyenne 400$ par mois:
- les bus pour aller dans d’autres villes ne coûtent pas spécialement cher - max 10$ ;
- pour vous déplacer en ville Uber - min 2$ ;
- en bus (vous risquez votre vie il s’agit de monter dedans et d’en descendre en sautant) 0,35$ ;
- l’eau et la nourriture sont ce qui vous coûtera le plus cher !!! ;
- boîte de nuit (sauf si vous êtes une fille un jeudi soir ou que vous avez rencontré les bonnes personnes) 35 $ l’entrée sans verre ;
- restaurant : min 10$ ;
- forfait téléphone : entre 5 et 20$ selon vos besoins ;
- n’achetez pas de vêtements là-bas c’est beaucoup trop cher (sauf des pulls en Alpaga mais ça ne vous servira pas beaucoup là-bas) ;
- climat : humide et chaud 25-35° ;
- vêtements: légers sauf dans les villes en altitude.

Vous pourrez être dévisagé dans la rue car comme dit plus haut peu de touristes se rendent à Guayaquil, les serveurs ne sont pas toujours très aimables. Sans cela les équatoriens sont des personnes très accueillantes ! Vous vous verrez proposer de nombreuses sorties si vous êtes placés dans une famille avec des jeunes de votre âge ou un peu plus vieux. Vos amis équatoriens aussi se feront un plaisir de vous faire découvrir leur région d’origine.

• Recommanderiez-vous cette destination ? Était-ce une expérience enrichissante ?
Je recommande cette destination à 100% tout ne se passe jamais comme prévu dans un voyage mais j’ai vraiment aimé ce petit pays dans lequel on voyage aisément et proche d’autres magnifiques pays d’Amérique Latine (Colombie et Pérou). De cette expérience j’ai pu tirer des leçons sur les différences culturelles, gagné en ouverture d’esprit et fais la rencontre de personnes fantastiques aussi bien étudiants étrangers qu’équatoriens. Mon niveau en espagnol a en effet progressé, on s’habitue vite au jargon équatorien. Cela m’a également permis de m’orienter pour la suite de mes études dans le domaine touristique.
Ma plus grosse peur en arrivant là-bas était de ne pas être au niveau et de ne pas valider mon semestre car la moyenne requise pour valider une matière est de 70/100 mais tout se passe très bien, certains avaient plus ou moins de travail en fonction des cours. J’avais la possibilité de les changer si au premier cours je ne me sentais pas à l’aise dans une matière.

• Et pour conclure ?
Si vous avez l’occasion de partir en Équateur et d’y rester un an (ou un semestre) partez ! Par contre il est important de savoir que vous ferez face à un choc culturel assez important plus ou moins bien géré selon les étudiants. Il ne faut pas avoir peur de se retrouver de l’autre côté de l’Océan loin de votre famille, de vos amis avec une différence d’horaires assez importante etc.


Mis à jour le 29 mai 2019