• International,

Étudier au Chili

Publié le 20 novembre 2018 Mis à jour le 3 décembre 2018

Si vous souhaitez avoir une expérience latino-américaine tout à fait inattendue, le Chili est fait pour vous ! Cette immense bande de terre qui longe l’océan Pacifique surprend par sa richesse culturelle, sa variété climatique et géographique, offrant une magnifique invitation au voyage. Découvrez le témoignage de Yasmine, partie étudier un semestre à Santiago !


Les Chiliens ont la réputation d’un peuple cultivé qui n’a pas peur de se confronter à sa propre histoire. Les universités chiliennes partenaires de l’Université Paris Nanterre offrent différents points de vue pour apprendre un peu plus sur cette histoire et sur ce pays à découvrir.

L’Université Paris Nanterre entretient des liens étroits avec 4 établissements partenaires tous situés à Santiago, avec lesquels il existe des accords dans toutes les disciplines :

Pontificia Universidad Católica de Chile - Toutes disciplines

Universidad Andrés Bello - Toutes disciplines

Universidad de Chile - Toutes disciplines

Universidad Diego Portales - Toutes disciplines
 

Connectez-vous à la carte interactive pour consulter les accords par université.

 
Yasmine, étudiante en Master 2 Lettres, Littérature comparée en 2017/2018, est partie au 2nd semestre étudier à la Pontificia Universidad Católica de Chile :

• Pourquoi avoir choisi le Chili pour vos études ?
Le Chili a été une surprise car la coordinatrice des relations internationales m'avait conseillé de le mettre en premier choix car il s'agissait de l'une des meilleures universités. Elle m'a expliqué que j'avais très peu de chances d'être prise. Initialement, je visais le Mexique que j'ai donc mis en second choix. Finalement, l’université du Chili m’a acceptée. Je suis partie le dernier semestre de mon année de M2, ce n'était pas une très bonne idée par rapport à mon mémoire.

• Quel est votre avis sur votre université d'accueil, les cours que vous avez suivi ?

Je n'ai rien à redire sur mon université d'accueil car j'ai très bien été accueillie et suivie : dès le début du semestre sont organisées réunion de pré-rentrée et rencontres avec les associations d'étudiants, tout est communiqué par mail de sorte de ne manquer aucune info importante. Les cours étaient intéressants mais il faut savoir que cette université est la meilleure du pays et que par conséquent le niveau y est élevé.

• Comment s'est déroulée l'intégration dans votre université, avec les autres étudiants ?
L'université met tout en place pour que l'élève s'intègre, notamment via un mécanisme de tutorat qui permet qu'on vous attribue un/une mentor. Dans mon cas, j'ai vu la mienne une première fois et tout s'est bien passé mais malheureusement, elle ne donna pas suite. Je n'eus plus aucune nouvelle d'elle jusqu'à la fin de l'année... je suppose que cela a bien marché avec d'autres étudiants et que je n'ai juste pas eu de chance sur ce coup-là. Il faut savoir cependant que les chiliens sont distants, ils ne reflètent pas le cliché que l'on peut se faire de la chaleur des latinos, géographiquement le Chili occupe une position isolée entre les Andes et le Pacifique, il est un peu le vilain petit canard. D'autant plus que mon université étant la meilleure, c'était là que se rencontrait l'élite. Ainsi, les élèves ne viennent pas forcément vers vous naturellement. Je n'avais donc pas beaucoup d'amis chiliens à l'université, je suis assez reservée et eux distants, mais j'avais aussi une colloque super, je vivais avec 15 personnes, alors je n'avais pas besoin de plus de connaissances. Il est bien connu qu'en échange universitaire, on se fait surtout des amis qui sont dans le même cas que nous et donc qui sont eux aussi en échange.

• Avez-vous trouvé un logement facilement ?
J'ai découvert un site super : compartodepto. C'est grâce au groupe Facebook "Français au Chili" que j'ai trouvé cette réponse. Il m'a été très difficile de choisir un logement mais pas d'en trouver. Pourquoi ? Car choisir sa future habitation dans un pays totalement inconnu et surtout à distance ce n'était vraiment pas facile. Mais il a fallu prendre une décision et je ne regrette rien. Grâce à ce site en tout cas, les étudiants n'auront aucun mal à trouver. Il y en a pour tous les goûts. Ps : l'Université (la catolica dans mon cas) ne propose pas de logements étudiants mais propose des solutions alternatives qu'elle communique évidemment aux étudiants.

• Qu'avez-vous pensez du quotidien au Chili ? (sorties, vie culturelle, coût de la vie, voyages dans le pays, etc.)

Santiago, la capitale du Chili est comme Paris mais en plus bruyante, plus polluée, plus grande et moins belle. Du coup, le quotidien peut être pénible mais il y'a de quoi s'occuper : musées, parcs (il y en a partout, Santiago, c'est très vert), nourriture de rue (ça fait partie du quotidien), salles de sport, fripes, marchés (la VEGA notamment, qui est un immense marché, on y trouve de tout). Tout dépend également si on habite un appartement bien aménagé ou une maison un peu vieillotte (dans ma maison par exemple, nous n'avions pas de chauffage lorsque l'hiver a commencé, de jour comme de nuit, nous avions terriblement froid). Le Chili n'est pas le pays le plus intéressant en terme de prix, les transports sont chers (à moins d'avoir une carte étudiant spécial transport qui met beaucoup de temps à arriver, on paye un ticket presque 1euro pour un aller). Ça reste tout de même raisonnable, je dirais qu'on peut s'en sortir avec entre 600 et 800 euros par mois (tout dépend du quartier où l’on vit et donc du loyer que l’on paie). Pour ce qui est des voyages, le Chili est un très beau pays, j'y ai vu les paysages les plus époustouflants et impressionnants. Et encore, je n'ai pas vu grand chose...
Aussi bien au Nord qu’au Sud, il y a beaucoup de belles choses à voir. D'autant plus que depuis ce pays, on peut facilement bouger dans les pays voisins comme l'Argentine, la Bolivie, le Pérou où là-aussi, il y a plein de belles choses à voir.

• Recommanderiez-vous cette destination ? Était-ce une expérience enrichissante ? (culturellement, humainement, au niveau de vos études, votre apprentissage). Quel impact cette mobilité a eu sur vos projets futurs ?

Je recommanderais cette destination car je pense que c'est un bon compromis entre dépaysement et zone de confort. C'est drôle, lorsque je suis rentrée en France, ma routine m'a si vite rattrapée qu'il m'a semblé que rien de s'était passé..mais lorsque je vois ou contacte mes ex-colloques je me rends compte à quel point ça a été fort humainement. J'ai fait le choix d'une grande colloque et je n'ai pas regretté car c'est grâce à cela que j'ai autant apprécié et appris. Il y avait des espagnols, des français, des costaricains et une belge. Ils étaient tous différents et ainsi chacun apportait sa particularité au tout. C'était inoubliable. Culturellement, les chiliens effacent un peu leurs origines indigènes, à l'inverse du Mexique par exemple. D'autant plus qu'à Santiago, grande capitale, le choc culturel ne se voit finalement plus trop. C'est plutôt le mode de vie des chiliens qui sera un peu différent : ils sont très lents, ont une administration catastrophique (pour se faire procurer des papiers telle que la carte d'identité
chilienne, il faut prévoir une journée entière), ne sont pas aussi stressés qu'en France (je pense à Paris en particulier) mais comme en France, ils font du bon vin, ils ont leur propre vocabulaire (des mots qui n'existent nulle par ailleurs sur le continent), ils ont la "bouffe de rue", ce que j'appréciais particulièrement... Je suivais des cours de littérature en espagnol et en anglais et j'ai beaucoup appris, malheureusement, j'avais trop de matières (5 au total, deux fois par semaine) et à cause de la langue, j'ai dû en négliger certaines, je suis un peu frustrée, si j'avais moins de matières j'aurais pu suivre les enseignements de manière complète. Mais ce voyage fut très enrichissant, d'autant plus que pour moi c'était la première fois que j'habitais seule et surtout si loin, j'ai beaucoup gagné en maturité et indépendance. J'ai fait beaucoup de rencontres et de découvertes, je me suis amusée mais j'ai aussi connu des moments tristes. J'ai beaucoup appris sur les autres et sur moi-même et enfin j'ai élargi mon ouverture d'esprit.
À présent que je maîtrise la langue espagnole, je me permets de croire que dans mes projets futurs je puisse aller travailler dans un pays hispanophone. Je crois donc que cette expérience aura un impact sur le long terme.

• Et pour conclure ?
Je ne regrette absolument rien de cette expérience car elle m'a apporté énormément aux niveaux humain, intellectuel et social. Le seul bémol a été le problème du nombre de matières et l'Université de Nanterre en est la cause. D'abord la communication il n'y en avait pas et lorsque de moi-même je demandais des nouvelles, on m'apprenait des choses que j'aurais du savoir plus tôt...je conseille donc aux élèves de bien se renseigner auprès de Nanterre avant de partir, j'insiste surtout sur les crédits et les contrats étudiants. Et surtout j'encourage l'Université à mieux communiquer avec les élèves notamment en étant à leur écoute, à l'écoute de leurs besoins, car quand on est loin de chez nous, on a besoin de sentir que l'on est soutenu. Je recommande l'aventure à 100%, que ce soit au Chili ou ailleurs en Amérique Latine, ça vaut le coup !! Cela nous permet de sortir de notre zone de confort ce qui ne peut pas faire de mal.



Mis à jour le 03 décembre 2018